Les espèces de poissons se sont diversifiés au fil du temps avec l’apport de carnassiers tels que le sandre ou le black bass dans nos eaux . Ces derniers temps , le silure a fortement proliféré dans nos rivières mais aussi dans nos étangs.

Le silure affectionne les eaux chaudes de plus de 20°C, il se reproduit en fin de printemps si ces conditions sont réunies. Si l’eau ne dépasse pas 22°C en été , il aura des difficultés d’acclamation. De plus , il construit son nid pour sa reproduction grâce à des joncs , herbiers,racines… si votre étang n’est pas très végétalisé, cela peut poser problème. Dans de bonnes conditions , les alevins peuvent atteindre rapidement 10 cm à la fin de l’été.

Il atteint en moyenne 5 kg en 3 ans et a une forte longévité justifiant les sujets de grandes tailles. Mais il sera rapidement conditionné en étang , il n’évoluera pas comme un silure de Seine ou de Saône ( l’évolution est proportionnelle à son milieu de vie ).

Il affectionne les fosses en hiver , pour cela il faut lui réserver une zone d’au moins 2.50 m sur 100 m2. Mais le point faible d’un étang par rapport à ce poisson réside dans sa surface. En effet , dans un petit étang le silure atteindra 7kg max, à moins d’un introduire un de grande taille à l’origine.

Sa réputation négative de grand prédateur n’est pas forcément fondée. Dans un étang , tout est une affaire de suivi , maîtrise et d’équilibre. Sa forte croissance est surtout du à sa capacité à transformer les aliments et son régime alimentaire très variable. Ne dépassez pas tout de même pas plus de 50 kg de silure par ha pour ne pas bouleverser l’équilibre en place.

L’introduction en étang du silure est envisageable à condition d’un bon suivi et suivant vos objectifs en pêche , mais limitez vous à quelques spécimens par ha.